lundi 18 juin 2018

La Dame en Rouge règle ses comptes



Autrice : Béatrice Bottet
Éditions Scrineo
413 pages – 16,90€

Violette Baudoyer, alias Madame Euryale, est une voyante réputée du Paris du XIXe siècle. Dans les salons des beaux quartiers, elle voit dans l’eau la vie passée et les destins de tous ceux qui la consultent. Sous la coupe de madame Bouteloup et d’Ernest, qui ne la quitte jamais d’une semelle, Violette rêve à son indépendance. Elle voudrait tant vivre enfin libre, échapper à son père qui la recherche pour la marier à un hideux individu, et filer le parfait amour avec son amant Florimond, journaliste téméraire toujours à l’affût des nouvelles fraîches.

Alors que Florimond enquête sur la mystérieuse disparition d’un sénateur, il rencontre une autre voyante – une rivale ? – qui a le don de converser avec les anges… Les dangers s’amoncèlent pour Violette…



Mon avis :

La Dame en Rouge règle ses comptes reprend quelques temps après la fin du tome précédent, Le Secret de la Dame en Rouge. J’avais beaucoup aimé ce roman jeunesse à la fois fantastique et policier, dans lequel on suivait une jeune hydromancienne dans le Paris de la Belle Époque alors que les voyantes de la ville étaient assassinées les unes après les autres. Cette suite ne reprend pas vraiment le même chemin que le premier opus, dans le sens où l’enquête policière qui le rythmait a bien trouvé son terme et peut laisser place à une nouvelle intrigue. Violette Baudoyer, dite Madame Euryale lorsqu’elle revêt sa cape rouge, s’est bien remise de ses émotions et est prête à continuer à travailler. Si elle vit toujours auprès de Mme Bouteloup et d’Ernest, qui l’aiment autant qu’ils l’utilisent, elle prend aussi le temps de sortir avec son amoureux, le journaliste Florimond. Le jeune couple rêve d’indépendance, mais aucun n’est aussi libre qu’il le souhaiterait. Florimond s’est fait remarquer par la police et continue à devoir rendre des comptes au commissaire, alors que Violette doit toujours rembourser sa dette auprès de Mme Bouteloup et lui reverse l’intégralité de ses revenus. Mais la jeune femme préfère tout de même cette vie à ce que prévoyait son père : un mariage forcé avec un horrible collaborateur libidineux de trente ans son aîné.

Mais tout n’est pas rose pour autant : la menace de son père plane toujours et Violette continuera à vivre dans la peur tant qu’elle n’aura pas atteint sa majorité. Même si elle est bien entourée, Roland Baudoyer est prêt à tout pour la récupérer, la soumettre et rembourser grâce à elle les dettes de sa société. Parallèlement, une nouvelle voyante commence à faire parler d’elle : l’angélique Mme Anaël. Moins chère que la célèbre Mme Euryale, elle pourrait bien être une concurrente sérieuse… Quant à Florimond, il enquête sur la disparition d’un homme politique tout en évitant de croiser la route des gens à qui il a causé du tort par le passé, que ce soit une bande d’enfants des rues ou son ancienne amoureuse. Ce second et dernier tome laisse donc tomber le côté policier au profit d’une quête d’émancipation. Ainsi, la Dame en Rouge règle ses comptes… avec tout le monde. La jeune femme du premier tome a bien mûri, elle est toujours aussi féministe et en avance sur son temps, prête à s’émanciper et à vivre la vie qu’elle a choisi, et non celle que la société attend d’elle. Si le premier tome nous le présentait, ce dernier prend véritablement le temps de nous montrer tout ce qu’impliquait le fait d’être une femme à cette époque. Le personnage de Violette fait du bien, elle est crédible et engagée, attachante et courageuse. Les personnages secondaires sont tout aussi bien dépeints, qu’ils soient agréables comme Mme Bouteloup ou Ernest, ou détestables comme M. Baudoyer, et Violette s’impose avec les uns comme avec les autres.

Même si je suis un peu triste de quitter Violette, Florimond et les autres, je suis très satisfaite de cette suite et fin des aventures de La Dame en Rouge. L’intrigue policière du premier tome nous a permis de rencontrer les personnages, et c'est maintenant leur évolution qui est mise en avant. L'intrigue est tout aussi passionnante et bien rythmée, et La Dame en Rouge règle ses comptes est aussi difficile à lâcher que l’était le premier tome. À lire et à faire découvrir !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire