vendredi 30 juin 2017

Aelfic



Auteur : Patrick McSpare
Éditions Scrineo
266 pages – 14.90€

Le voyage initiatique d’un jeune adolescent dans le monde des elfes, entre danger et émerveillement

Comme chaque été, Ael profite des vacances avec ses parents.
Hélas, cette année, elles tournent rapidement au drame.
Projeté dans le monde des Neuf Forêts, Ael croit d’abord faire un cauchemar. Puis il s’interroge. Est-il fou ? Est-il mort ? Ni l’un ni l’autre. Lylidra, la jeune apprentie magus, Mouk, l’étrange ouistiti qui parle, Queen Mama et tous les autres elfes existent vraiment.

Prisonnier de cet univers fait de magie, de dangers, de traîtrises, Ael doit survivre et sauver ses parents. N’importe quel garçon de quatorze ans échouerait. Mais Ael est désormais Aelfic, mi-humain, mi-elfe. Et il compte bien se montrer à la hauteur de l’enjeu !


Mon avis :

Aelfic est un roman de low fantasy jeunesse très efficace et plein de surprises qui m'aura fait passer un très agréable moment. La low fantasy est un genre où, bien souvent, le personnage principal vit dans le monde réel avant de découvrir un univers parallèle et secret où le surnaturel existe (comme Harry Potter, Percy Jackson ou Ewilan, par exemple). Cela permet au jeune lecteur de vraiment s'identifier au héros à la vie normale pour qui tout bascule alors qu'il trouve sa place dans ce nouvel univers magique. C'est le cas de Ael, jeune adolescent de quatorze ans qui est projeté dans les Neuf-Forêts à la suite d’un accident de voiture, alors qu’il partait en vacances avec ses parents. Effrayé et voulant à tout prix revenir auprès d’eux, il apprendra de la bouche des elfes qui l’accueillent et le soignent que c’est malheureusement impossible.

Bien résolu à trouver un moyen de retourner dans son monde, Ael n'en est pas moins émerveillé par l'univers qu'il découvre auprès de ses nouveaux compagnons. Il accepte de les suivre et se retrouve embarqué dans une quête qui semble, contre toute attente, le concerner. Devenu Aelfic, mi-elfe, mi-humain, le jeune garçon accompagne ses nouveaux amis dans un périple à la fois dangereux et fascinant. Bizarrement, les premières pages du roman m’ont donné une l’impression de commencer un roman adressé aux plus jeunes mais j'ai rapidement été surprise par la tournure que prenait le récit. En effet, après une mise en place presque mignonne, l'intrigue se densifie et devient plus sombre. Même les personnages qui semblent au premier abord caricaturaux et stéréotypés se révèlent bien plus complexes qu’il n’y parait, devenant aussi attachants qu’intéressants. C’est le cas des nouveaux amis d’Aelfic, que vous pouvez apercevoir sur la très jolie couverture de Noémie Chevalier.

Même si le roman est satisfaisant en tant que one shot, l'auteur glisse avec parcimonie quelques allusions et notes de bas de pages invitant le lecteur à découvrir ses autres sagas. La fin offre toutes les réponses attendues mais une partie de moi n'ayant pas encore découvert Les Héritiers de l'Aube s'est sentie un peu lésée sur un détail de la résolution de l'intrigue, comme si les informations lâchées du bout des lèvres ne faisaient qu'effleurer la surface. Et pour cause, toute une trilogie a été écrite sur le sujet ! Entendez-moi bien : la lecture des autres romans de Patrick Mcspare n'est pas nécessaire pour découvrir Aelfic, bien au contraire. Je pense même que c'est très finement joué de sa part, étant donné que j'ai envie de connaitre les réponses à mes quelques questions. Aussi, les Neuf Forêts ne sont pas du tout un univers exploité dans d'autres livres de l'auteur, qui nous offre un terrain de jeu totalement inédit. De plus, la plume de l'auteur est efficace et agréable à lire, le récit est dynamique et très visuel, et la touche d'humour distillée tout au long du roman est la bienvenue. Rapidement, la plume s'affirme et se fait plus incisive alors que le dénouement approche et que le temps n’est plus à l’émerveillement, mais aux combats.

Aelfic m'aura donc agréablement surprise en proposant un roman plus mature que ses quelques premières pages le laissaient penser. Comme tout bon roman de low fantasy, il saura convaincre les jeunes lecteurs avides de découvrir de nouveaux mondes magiques à travers les yeux d'un héros qui leur ressemble, tout à la fois débrouillard, courageux et attendrissant. Sous couvert de présenter une quête initiatique des plus banales, le roman mettra tout de même en scène d'intéressantes pistes de réflexion, comme l'esclavage ou le respect de la nature, lui donnant encore plus de profondeur. À mettre entre toutes les jeunes mains, et mêmes entre les plus vieilles !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire