mardi 11 août 2015

Sword Art Online : Progressive, tome 1 (manga)





Reki Kawahara
Illustratré par Kiseki Himura
Ototo
176 pages - 6.99€

Tout comme dix mille autres joueurs, Asuna Yûki est piégée dans la forteresse d’Aincrad au cœur du monde virtuel de Sword Art Online. Complètement inexpérimentée, elle éprouve des difficultés à s’adapter à ce nouvel univers, mais très vite sa volonté farouche de survie la pousse à combattre en première ligne. Elle y rencontre Kirito, un mystérieux joueur solo bien résolu à terminer le jeu.
Suivez Asuna et Kirito dans leur conquête de l’Aincrad, étage par étage. 






Mon avis :

Avant tout, je pense qu'il est important de préciser que je ne suis pas une grosse lectrice de mangas. Je n'ai fini que deux séries : Death Note et Fruits Basket (bonjour le grand écart, d'ailleurs...) et j'ai beaucoup apprécié les deux, mais ce sont les seules à avoir réussi à me passionner jusqu'au bout. Et je pense que ce ne sont pas les histoires qui me dérangent, mais vraiment le format. Je suis habituellement frustrée par les mangas, que je lis bien trop vite et j'abandonne assez régulièrement les séries que je commence.

Mais voilà, avec Sword Art Online, j'ai commencé par un roman ! Et un roman que j'ai beaucoup apprécié, mais c'est une autre histoire. Et une autre chronique. Donc, j'ai dévoré le premier tome de Sword Art Online sous forme de light novel, et je l'ai énormément apprécié, et même bien plus que je ne m'y attendais. Et puis j'ai vu que Babelio proposait un manga spin off de la série et je me suis laissée tenter, curieuse de découvrir l'histoire à travers les yeux d'Asuna.

En effet, dans le manga et le roman d'origine, nous suivons Kirito, un jeune homme qui se retrouve piégé avec dix mille autres joueurs, dont Asuna, dans un jeu vidéo futuriste. Ainsi, dans le jeu Sword Art Online, une mort virtuelle provoque la mort du joueur dans sa vie réelle, et le seul moyen de s'en sortir et d'arriver au centième niveau d'une terrible forteresse habitée par des monstres. Le tout est très bien expliqué et reste crédible, et permet au lecteur de vraiment s'immerger dans l'histoire. Je ne sais pas pour vous autres, mais moi qui joue un peu, je me suis déjà imaginé la chose plus d'une fois et mon avis reste mitigé. Cela pourrait être une situation certes intéressante, voire vraiment passionnante, mais le côté forcé et la mort potentielle me refroidissent un peu. Bon, là n'est pas vraiment la question.

Dans le roman (et donc j'imagine le manga premier) Asuna et Kirito sont d'un niveau élevé, deux joueurs connus et reconnus pour leurs talents. Le roman débute alors que plus de la moitié des niveaux ont été dépassés, nous laissant dans le flou sur les premiers combats et l'apprentissage des héros. Ces questions sans réponses vous ont frustrées ? Eh bien sachez que Sword Art Online : Progressive est là pour vous sauver !

Le manga commence par nous faire découvrir une jeune collégienne très (voire trop, voire beaucoup trop) travailleuse. La personnalité d'Asuna avant d'entrer dans l'enfer de l'Aincrad nous est présentée en quelques bulles et illustrations, et la comparaison avec l’épéiste exceptionnelle du roman est assez choquante. Cela ne dure que quelques pages avant que l'on entre dans le vif du sujet, et là, surprise : Asuna, Kirito et les autres vivent leurs premiers instants dans le jeu, et ce premier tome se focalise sur leur apprentissage, sur leurs découvertes et sur la destruction du premier Boss. Et c'est génial, c'est un excellent complément au roman. Clairement, le lire sans avoir lu Aincrad n'est pas une bonne idée, tant certaines choses qui sont expliquées dans la saga mère sont survolées. Mais les informations complémentaires de Progressive sont carrément intéressantes, et avoir choisi le point de vue d'Asuna, d'une novice en jeux vidéos, est une super idée. J'ai donc passé un excellent moment avec Sword Art Online : Progressive, même si je l'ai dévoré en vraiment très peu de temps, en prenant pourtant le temps d'apprécier les illustrations.

J'ai quelques petites choses à ajouter sur ce point, d'ailleurs. J'ai beaucoup apprécié le style du dessinateur et j'ai trouvé qu'il s'en sortait extrêmement bien pour illustrer de façon claire des scène de combats souvent touffues, et où la rapidité est soulignée. Chacune des scènes est claire et compréhensible et le travail sur les personnages est très bon. En revaaaaaaanche... et pardonnez-moi mais : WTF cette scène dans la baignoire ? Bon, il est clairement dit que Asuna va rentrer au lycée, et le roman lui donne seize ans. Sans s'attarder sur le fait que cette scène n'était clairement pas nécessaire, elle était presque risible : les seins de la jeune filles sont plus gros que sa tête. S'il vous plait. Elle est supposée être intelligente, belle et forte, elle n'avait pas besoin d'airbags supplémentaires étalés sur cinq pages pour gagner le cœur des lecteurs. Dommage !

Si ce n'est ce léger bémol, Sword Art Online : Progressive est un manga très agréable à lire, avec une qualité d'illustration certaine, une bonne harmonie entre le relationnel des personnages, le côté apprentissage et les scènes de combats. À lire si vous avez lu et aimé le light novel ou le manga Sword Art Online : Aincrad et si les débuts d'Asuna vous intéressent. J'ai personnellement beaucoup apprécier découvrir le jeu autrement, d'un point de vue de novice, permettant de se focaliser sur d'autres choses et de s'attacher encore plus aux deux héros. J'ai hâte de découvrir la suite, du roman comme du manga, et c'est déjà un miracle en soi. Je remercie donc une fois encore Babelio et les éditions Ototo pour leur générosité, et pour l'excellent petit moment que j'ai passé grâce à eux.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire