mercredi 19 mars 2014

Le Bâtard de Kosigan


Auteur : Fabien Cerutti
Mnémos
352 pages 
20€ 

Le chevalier assassin, Pierre Cordwain de Kosigan, dirige une compagnie de mercenaires d’élite triés sur le volet. Surnommé le « Bâtard », exilé d’une puissante lignée bourguignonne et pourchassé par les siens, il met ses hommes, ses pouvoirs et son art de la manipulation au service des plus grandes maisons d’Europe.
En ce mois de novembre 1339, sa présence en Champagne, dernier fief des princesses elfiques d’Aëlenwil, en inquiète plus d’un. De tournois officiels en actions diplomatiques, de la boue des bas fonds jusqu’au lit des princesses, chacun de ses actes semble servir un but précis.
À l’évidence, un plan de grande envergure se dissimule derrière ces manigances. Mais bien malin qui pourra déterminer lequel… 




Mon avis :


Une fois encore, j'ai été gâtée grâce à Masse Critique ! J'en profite pour remercier Babelio et les éditions Mnémos pour l'envoi de ce roman que j'ai beaucoup apprécié. Si ma critique s'est faite attendre, je n'en ai pas moins dévoré le livre en très peu de temps ! Le livre en lui même est d'ailleurs très beau et je suis ravie d'ajouter un si beau roman à ma bibliothèque, mais je suis rarement déçue par la qualité des romans chez Mnémos !

Le Bâtard de Kosigan est un roman de fantasy historique et je dois avouer ne pas m'y connaître assez pour déterminer où commence et où s'arrête la fiction dans le récit de Fabien Cerutti. On voit tout de même apparaître certains noms connus, mais de là à vous dire si leur histoire personnelle est respectée... Dans tous les cas, le roman est crédible. Fabien Cerutti arrive à rendre le plus naturellement possible la présence d'êtres tels les elfes ou des hybrides félins participants au tournoi sans que le lecteur ne tique et j'ai personnellement adoré cet aspect là du roman.

Comme son nom l'indique, le Bâtard de Kosigan est donc un bâtard, mais un de noble ascendance. Quelques... frictions avec sa famille, que je vous laisse découvrir, l'ont poussé à se mettre à son compte, et ce à la tête d'une bande de mercenaires assassins aux talents multiples. Pierre Cordwain de Kosigan, en 1339, nous apparaît très vite comme un personnage intelligent et roublard auprès de qui les apparences sont souvent trompeuses. Officiellement participant à un tournoi de joute dont la récompense en ferait baver plus d'un, on comprend bien vite que tout ceci n'est qu'une diversion et que le Bâtard n'est pas là par hasard. Et si par la même occasion il peut gagner quelques pièces d'or et ce sans s'embêter à respecter les règles, pourquoi pas !

Parallèlement, nous suivons de façon épistolaire les aventures de l'héritier du Bâtard de Kosigan, en 1899. Nous faisons connaissance avec celui-ci dès le début du roman, puis en alternance quasiment un chapitre sur deux. Il se fait appeler Michaël de Konnigan et est professeur d'archéologie médiévale. Je vous laisse découvrir son intrigue personnelle, ne vous révélant que le fait qu'elle semble liée à celle de son ancêtre...

Habituellement allergiques aux romans épistolaires, je me suis étonnée à attendre avec impatience chacune des prochaines lettres de Michaël de Konnigan, très intéressée par la façon dont son histoire est traitée. On nous met vraiment à la place de son correspondant, lequel doit parfois attendre que son ami ait fini de s'amuser à le tenir en haleine...

Je pense que j'ai lu le roman aussi vite grâce à l'alternance des chapitres entre Michaël et Pierre. J'attendais chacun avec impatience, ce qui fait qu'aucun ne m'a ennuyée. Je ne sais pas si je suis bien claire, mais je veux simplement dire que c'est habilement réalisé, pas du tout lourd, que le rythme n'en souffre pas... Bref j'ai adoré.

Aussi je n'aime pas les personnages parfaits à qui tout réussi et pourtant j'ai beaucoup aimé le Bâtard, et ce parce qu'il est roublard, tricheur et menteur, entre autres. Il y aura sûrement des gens pour se plaindre de la facilité qu'il a à séduire les femmes, mais ces dernières lui rendent bien.

Le Bâtard de Kosigan est un roman que j'ai donc beaucoup aimé et que je conseille à tout lecteur de fantasy. J'ajouterais qu'il est bien écrit, vraiment agréable à lire et qu'aucun temps mort n'est venu gâcher ma lecture. J'attends donc avec impatience la suite, autant de l'histoire de Pierre de Kosigan que de celle de Michaël de Konnigan. Un très bon premier roman !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire