lundi 7 novembre 2016

Les Étoiles de Noss Head, tome 1 : Vertige

 

Auteur : Sophie Jomain
Pygmalion
3 pages – 18,90€

À presque 18 ans, Hannah enrage de devoir subir un nouvel été à Wick, petite ville portuaire écossaise. Il n’y a pas plus ennuyeux que cet endroit pour une citadine de son âge. Jusqu’à ce qu’elle rencontre Leith. Il est bâti comme un roc et possède les plus beaux yeux qu’elle ait jamais vus. Qu’importent les rumeurs qui courent au sujet du jeune homme... l’attirance est immédiate, réciproque et irrépressible. 

Puis tout bascule. Le conte de fées se transforme en cauchemar et le destin d’Hannah est scellé. Leur relation résistera-t-elle à l’inimaginable ? Sauront-ils vaincre le pire ? Car les légendes sont parfois plus réelles que l’on croit.



Mon avis :

J’ai enfin découvert le premier tome des Étoiles de Noss Head, cette saga fantastique young adult souvent comparée à Twilight. Autant le dire tout de suite, je suis une de ces personnes profondément anti-Twilight, c’est même viscéral, mais c’est principalement dû à son message moyenâgeux et à ses personnages insipides. Les Étoiles de Noss Head suit en effet un schéma plus ou moins similaire de fantastique jeunesse assaisonné d’amour naissant, mais est tout de même plus agréable que la soupe que nous servait Stephenie Meyer.

J’ai eu la chance de pouvoir découvrir le roman dans sa nouvelle réédition, laquelle est reliée et illustrée. Le travail réalisé sur le livre-objet est plus que satisfaisant, la couverture est très jolie, les livre est agréable à tenir en main, et le signet en tissus est un bonus très appréciable. Quant aux illustrations intérieures, elles sont vraiment jolies, et j’ai beaucoup apprécié ce style qui collait parfaitement au récit. Marie-Laure Barbey-Granvaud a un très joli coup de crayon plein de légères imperfections magnifiques qui m’a beaucoup plu. Parfois même, quand je songeais à reposer le bouquin, la curiosité des dessins à venir me poussait à continuer. Et il y en a presque à chaque page !

© Pygmalion / M.L. Barbey-Granvaud / Sophie Jomain (je ne sais pas à qui l'image appartient, mais c'est à l'un d'eux)
Concernant l’histoire, je l’ai trouvée sympathique, bien qu’extrêmement prévisible. Je ne sais pas comment, vu que le livre est sorti il y a plus de cinq ans, mais je n’avais pas la moindre idée de ce dont allait parler Vertige en le commençant. On y découvre l’histoire d’Hannah, jeune française qui va passer ses vacances d’été dans sa famille, en Écosse. Elle y retrouve ses amis d’enfance, sa grand-mère adorée, mais aussi l’ennui et le manque de la ville. Mais surtout, elle rencontre Leith. Clairement, Vertige se contente de poser les bases d’une intrigue qui est tout de même plus profonde que le début du roman le laissait penser. Il présente les personnages et leurs caractères et dévoile de très légères parts de mystères (qui ne sont pas très mystérieuses, si vous n’êtes pas aussi naïfs que l’est Hannah) tout en s’attardant sur ce qui en est le point central : l’amouuuur !

Je crois bien être hermétique aux histoires d’amour qui, dans la plupart des romans young adult, ont besoin de se précipiter. Le fait est que nous suivons l’héroïne à la première personne, et c’est parfois problématique. Hannah est sympathique, crédible, entière et finalement assez attachante… mais aussi un peu immature et trop insouciante. Le lecteur est donc projeté dans la tête d’une jeune fille à la fois fleur bleue et bornée, et j’ai personnellement eu du mal à toujours la comprendre. Leith, apparaissant comme le chevalier blanc presque parfait qu’il est, n’a fait que rajouter à mon manque d’intérêt envers la romance.

Il y a donc quelques points qui m’ont dérangée durant ma lecture, mais j’ai tout de même passé un agréable moment. Je vous parlais plus tôt du signet en tissu intégré au roman : je n’en ai pas eu besoin. Le roman est  fluide et se lit d’une traite, porté par de superbes illustrations. Je me surprends à vouloir connaître la suite, ma curiosité ayant été piquée par certains non-dits de ce premier tome. Vertige fut une lecture plaisante, que je recommande à un lectorat plus jeune, en recherche d’une jolie romance teintée de fantastique et de danger. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire