lundi 29 mai 2017

Séduction Maudite

Stéphane Soutoul
Pygmalion
431 pages – 19€

Journaliste audacieuse, Gabrielle Colleni ne vit que pour son métier. Jusqu’au jour où sa sœur trouve la mort dans d’étranges circonstances. Qui peut croire qu’il s’agit d’un accident ? Certainement pas celle que tous surnomment « la Fouineuse ».
Et son premier suspect n’est autre que le fiancé de sa cadette : Stanislas de Beaumiracle, riche, beau, célèbre… et malheureux en amour. Bel euphémisme puisque toutes les femmes de sa vie ont été victimes d’un sort funeste.
Si la police n’a jamais rien pu expliquer, la presse à scandales ne se lasse pas du « Séducteur maudit ».
Prête à tout pour découvrir la vérité, Gabrielle va devoir approcher Stanislas, mais aussi Mathis, l’énigmatique frère, tout en évitant les cadavres qui ont la fâcheuse manie de s’accumuler dans l’entourage des Beaumiracle…


Mon avis :

La Proie du Papillon m’ayant agréablement surprise alors même qu’il ne correspondait en rien à mes lectures habituelles, j’étais très curieuse de découvrir le nouveau roman de Stéphane Soutoul mêlant une nouvelle fois mystère, thriller et, comme son nom l’indique, séduction. J’ai de nouveau passé un agréable moment avec ce roman à l’intrigue addictive, bien qu’assez classique.

Dès le prologue, nous assistons à la mort de Laura, précipitée dans le vide par un mystérieux assassin. Mais lorsque l’on annonce sa mort à sa sœur Gabrielle, on parle alors de suicide. La jeune femme n’arrive pas à y croire et décide de mener son enquête, elle qui est journaliste de terrain, reconnue dans le milieu sous le surnom de « La Fouineuse ». Elle découvre alors que sa sœur était fiancée à Stanislas de Beaumiracle, un artiste photographe, beau, riche et habitué à faire la une des journaux : toutes les femmes de sa vie sont mortes mystérieusement. Suicides, accidents, overdoses… Aux yeux de la police, c’est une suite d’évènements malheureux, alors que les tabloïds parlent d’une malédiction qui toucherait le jeune homme. Pour Gabrielle, c’est loin d’être suffisant. Elle parvient donc à se faire embaucher pour travailler au sein même du domaine des Beaumiracle, où elle peut mener son investigation auprès de Stanislas, mais aussi des autres membres de sa famille, dont le mystérieux Mathis, aussi taciturne que séduisant.

Le roman est très bien rythmé : Gabrielle est embauchée rapidement, prend ses fonctions en quelques pages et très vite, l’enquête commence en huit-clos alors que toutes les potentielles victimes et les potentiels coupables s’entassent au même endroit. J’ai eu l’agréable impression de jouer une partie de Cluedo alors que je rassemblais les indices disséminés par l’auteur, comme s’il les avait discrètement cachés par-ci, par-là afin que le lecteur ne dépende pas de Gabrielle pour découvrir la vérité. Cela ne gâche pas vraiment le roman qui repose sur de sympathiques rebondissements et qui se concentre surtout sur la personnalité de chacun des personnages de la famille Beaumiracle et son entourage. Car au fur et à mesure que la jeune journaliste enquête, l’étau se resserre : Stanislas est un homme volage qui s’amourache facilement, mettant en danger de nouvelles jeunes femmes… Et de nouveaux malheurs s’abattent sur le domaine des Beaumiracle.

J’ai donc passé un bon moment, même si je n’ai pas été aussi conquise qu’avec La Proie du Papillon qui était vraiment original et extrêmement bien construit. Séduction Maudite est plus classique, avec un récit à la troisième personne, une intrigue en huit-clos et un dénouement peu surprenant bien que riche en émotions. J’ai aussi trouvé que quelques détails manquaient de crédibilité, comme l’embauche de Gabrielle sous un faux nom qui ne pose aucun problème ou la police très peu impliquée alors que les cadavres s’entassent, mais l’ambiance générale permet au lecteur de passer outre et de se laisser porter par un rythme haletant et une enquête intrigante. J’ai aussi apprécié le fait que l’auteur prenne le temps de proposer des scènes de vie, loin de la froideur d’un thriller où seule l’enquête prime : ici Gabrielle s’attache à la tante et à la cousine de Stanislas, tisse des liens avec les autres employés, se dispute tout en dragouillant Mathis, son frère cadet. Un habile mélange des genres, avec ses qualités et ses défauts, qui m’a fait passer un agréable moment de lecture dans l’ensemble. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire